La construction de Saint-Julien de Brioude s'est étalée sur plus d'un siècle. Trois ou quatre maîtres d'oeuvre s'y sont succédés.
Saint Julien était un martyr du 4è siècle. Plusieurs églises se succédèrent ainsi au-dessus de son tombeau. L'église actuelle aurait été élevée à partir de 1060 en trois étapes :
1060-1100 : rez-de-chaussée du narthex, parties basses des deux premières travées de la nef et du porche nord
1100-1140 : étage supérieur du narthex, parties hautes des deux premières travées de la nef, porche nord, porche sud
vers 1180 : après une interruption de trente années, chevet, choeur et troisième travée de la nef.
Seconde moitié du 13è siècle : voûtes d'ogives
L'église mesure 74,15 m de long, c'est la plus longue des églises d'Auvergne. Mais la nef ne fait que 6,50 m de large. Les pierres qui ont servi à la construction sont très variées ; grès rouge, grès calcaire, basalte, granulite, marbre gris et rose.
Si vous cliquez sur les photos qui ont une bordure bleu clair, vous pourrez les admirer en grand format
‹– Le narthex est voûté d'arêtes avec une ouverture carrée au milieu.
L'étage ouvre sur la nef par trois grandes arcades   –›
‹– Une coupole sur trompes couvre la partie centrale.
Les bas-côtés sont larges (5,30 m) et couverts de voûtes d'arêtes appareillées.
                                       –›
Si vous cliquez sur les photos qui ont une bordure bleu clair, vous pourrez les admirer en grand format
La nef : élévation. Les voûtes ont été surhaussées au 13è siècle et de grandes fenêtres ont été percées. La nef compte huit piles composées d'un noyau carré et quatre demi-colonnes engagées.
‹– Le choeur est peu profond et voûté en cul-de-four.
La croisée est surmontée d'une sorte de tour-lanterne voûtée d'ogives.

Le déambulatoire est voûté d'un berceau annulaire.   –›

Les chapiteaux Ils sont de six ateliers différents, ceci étant dû à la lenteur de la construction de l'église. Il est à remarquer qu'aucun chapiteau n'est consacré à la Bible, à l'Evangile ou à Saint Julien.
Un thème courant en Auvergne : le porte-mouton. Une variante : on porte des ânes jouant de la flûte de pan.

Pour poursuivre la visite : Brioude 2

Pour revenir à la page d'accueil:     Art-Roman.net