Si vous cliquez sur les photos qui ont une bordure bleu clair, vous pourrez les admirer en grand format
Presque entièrement romane à l'exception des parties hautes des trois tours,
la Trinité de Caen a été construite en plusieurs campagnes de 1060 à 1130.

La façade :
Deux tours carrées encadrent la façade de la nef. Elles comptent quatre niveaux. Les trois premiers niveaux étant épaulés de puissants contreforts d'angle. Le deuxième niveau est presque nu, le troisième est décoré d'arcatures aveugles. Le haut des tours est du 17è siècle.
Le quatrième niveau est le plus décoré   –›
Le portail principal et le tympan, du 19è siècle, sont sans intérêt.
Il est à noter que les tours sont beaucoup plus larges que les collatéraux. Les arcades latérales intérieures des tours ne concordent pas avec la première travée de la nef.
La nef, qui a été construite après les tours, a été insérée entre les souches de celles-ci.
La nef :
Elle comprend neuf travées. La base des piliers et les voûtes
ont été reconstruites.
L'élévation comporte deux étages : le niveau médian est postiche, il est constitué d'arcatures aveugles décorées.
Le niveau supérieur comporte une grande baie par travée flanquée de deux petites arcades qui ouvrent sur une galerie
de circulation aménagée dans l'épaisseur des maçonneries.                                                                   –›
Les voûtes : chaque ensemble de deux travées a reçu une croisée d'ogives faussement sexpartites (à six nervures), celle
du milieu étant en fait un arc-doubleau sous lequel s'élève un
mur droit.
‹–
Chapiteaux de la nef
Colonnettes recevant les ogives
Le transept :
Chaque croisillon comporte deux travées. Ils se terminent chacun par un mur plat décoré d'arcatures qui simulent l'élévation de la nef.
Le décor est plus développé que celui de la nef : chapiteaux, rouleaux sculptés des grands arcs.
Chapiteaux
du transept
      ‹—›
Décor des grands arcs    –›
Le choeur : il comprend deux travées droites aux murs nus voûtées d'arêtes. L'abside est voûtée en cul-de-four et est éclairée par deux
rangées de fenêtres en plein cintre.
Quatre piles cylindriques simulent un déambulatoire. Il en est de même à l'étage.                                                                    –›
Si vous cliquez sur les photos qui ont une bordure bleu clair, vous pourrez les admirer en grand format
Deux chapiteaux du choeur.
Sur la photo du haut, on peut voir un éléphant et son cornac. Mais la trompe de l'éléphant a été remplacée par une corde passée dans un anneau fixé au nez de l'animal.
Extérieur : élévation du bas-côté droit.
L'étage des fenêtres hautes est très décoré mais résulte d'une reconstitution du 19è siècle.
La tour centrale a une souche romane décorée d'arcatures plaquées. L'étage supérieur a été remanié au 13è siècle.  –›
Le chevet, pris dans des constructions du 18è siècle, n'est malheureusement pas visible.

Pour revenir à  :  Normandie romane

Pour revenir à la page d'accueil :   Art-Roman.net