On ne connaît pas exactement la date de construction de l'église St Genest de Lavardin, probablement la fin du XIè siècle.
Lavardin est situé dans le Loir-et-Cher, près de Vendôme. L'église est dominée par les ruines impressionnantes d'un château fort.
La nef comprend cinq travées non-voûtées, couvertes d'un lambris plein cintre. Les grandes arcades en plein cintre retombent sur des piliers carrés couronnés d'impostes décorées de motifs très variés.
Si vous cliquez sur les photos qui ont une bordure bleu clair, vous pourrez les admirer en grand format
Quelques décors des impostes (aucune photo n'est à l'envers).
Les bas-côtés sont éclairés par quatre fenêtres et séparés par des arcs diaphragmes en plein cintre reposant sur des dosserets peu saillants encastrés dans les murs latéraux ou dans les piliers de la nef.                                                                                        –›
Les dosserets des murs
‹– latéraux
Les dosserets des piles de la nef                 –›
Le bas-côté nord possède des fenêtres richement décorées, résultant d'un remaniement postérieur à la construction de l'église.
Bases ornées d'animaux
Colonnette décorée de torsades
‹–
Si vous cliquez sur les photos qui ont une bordure bleu clair, vous pourrez les admirer en grand format
Chapiteaux décorés de palmettes et de personnages séparés par des tiges torsadées
Un personnage présente un livre et son voisin semble le bénir. Sont-ce des moines revêtus de vêtements liturgiques ?
‹–
Le choeur est couvert d'une voûte en berceau qui, par suite d'un fléchissement, se trouve assez fortement surbaissé.
Le choeur s'ouvre sur la nef par un arc à double voussure, retombant sur des colonnes engagées.                                                          –›
Si vous cliquez sur les photos qui ont une bordure bleu clair, vous pourrez les admirer en grand format
L'abside est voûtée en cul-de-four. Elle est éclairée par trois fenêtres et s'ouvre sur la travée droite du choeur par un arc
‹–   également surbaissé reposant sur des colonnes engagées.
Le choeur ouvre sur ses collatéraux par deux arcades en plein cintre retombant sur d'épaisses colonnes.                                              –›
Les gros chapiteaux sont d'un art rudimentaire.
Une vierge à l'enfant, l'une des plus ancienne de l'art roman.
‹–
Un abbé qui fait un geste de bénédiction, peut-être Saint Benoît ?                          –›
Deux lions affrontés, au-dessus de deux félins à la queue en fer de lance, inspirés de l'art celtique                                                   –›
‹–  Spirales, têtes et décors  –›
Pour poursuivre la visite (extérieur, peintures) : Lavardin 2
Pour revenir à la page d'accueil : Art-roman.net