Fondée entre 1034 et 1049, l'église Saint-Etienne était à l'origine située dans l'enceinte d'un château fortifié qui servait de refuge à la population. Sa rotonde abritait la relique du Saint Sang et était l'objet d'un pélerinage très fréquenté.

L'église est composée de deux monuments :
- une église de plan basilical composée d'une nef, de bas-côtés et terminée par un chevet plat, très remaniée au cours des siècles et d'un intérêt très relatif.
- une église de plan circulaire composée d'une rotonde entourée d'un déambulatoire surmonté de tribunes.
Les axes des deux monuments ne sont pas alignés.

La tourelle ronde a été rajoutée.
‹–
Si vous cliquez sur les photos qui ont une bordure bleu clair, vous pourrez les admirer en grand format
La basilique datée du 11è siècle est composée d'une nef divisée en trois travées par une voûte dont les nervures retombent aux angles des travées extrêmes sur des colonettes engagées en encorbellement et sur des piles composées à la travée du milieu.
Cette voûte, de la fin du 12è, remplace une couverture en charpente.   –›
Les collatéraux étaient voûtés en plein cintre.
L'église circulaire
A l'origine, elle ne devait pas communiquer avec l'église basilicale. Le mur qui entoure la rotonde est creusé d'une série de niches (absidioles ?) séparées par des colonnes engagées                                                     –›
Onze colonnes délimitent un
rond-point central.
‹–
Autour du rond-point central, une galerie circulaire forme déambulatoire, couvert de voûtes d'arêtes séparées par des doubleaux qui reposent à l'extérieur sur les chapiteaux de colonnes engagées.                                         –›
Vers l'intérieur, les doubleaux reposent sur des consoles placées au-dessus des chapiteaux des colonnes du rond-point          –›
Ces solutions montrent qu'à l'origine, le déambulatoire était prévu pour être couvert d'un plancher en bois.
Les grosses piles de la rotonde sont d'une construction rude: l'appareil est peu soigné, les joints sont irréguliers, les arcs ont des rouleaux nus.       –›
Les chapiteaux sont d'une facture plutôt archaïque.

‹– animaux adossés



                             Détail –›

Sculptures de faible relief
Si vous cliquez sur les photos qui ont une bordure bleu clair, vous pourrez les admirer en grand format
Centaure tirant à l'arc sur un monstre
On y retrouve heureusement toute l'exubérance du
Moyen Age
Les étages supérieurs de la rotonde
Ils sont du premier quart du 12è siècle. L'appareil est plus régulier, les joints plus minces, les arcs légèrement brisés, les archivoltes décorées d'un bandeau.
Si vous cliquez sur les photos qui ont une bordure bleu clair, vous pourrez les admirer en grand format
Le seul chapiteau sculpté des parties hautes montre un travail plus rigoureux et plus précis. Les feuillages sont plus souples.                                                            –›
La rotonde de Neuvy-St-Sépulcre était donc un reliquaire monumental qui évoquait le monument situé au centre de la rotonde de Jérusalem, au-dessus de la grotte du Saint Sépulcre.

Pour revenir à  :  Berry roman

Pour revenir à la page d'accueil :     Art-roman.net

Neuvy-Saint-Sépulcre se trouve dans le département de l'Indre, à 16 km à l'ouest de La Châtre