C'est à la fin du 10è siècle qu'une communauté de chanoines commence à desservir l'église Sainte-Marie de Quarante, qui, peu de temps après, devient abbaye. L'église est reconstruite et l'archevêque Ermengaud procède à sa dédicace en 982.
Au début du 11è siècle, l'église est agrandie et en partie reconstruite : elle sera consacrée en 1053. Elle est aujourd'hui un témoin majeur du premier art roman méridionnal.
La façade sud : les murs ont été surélevés dans un but défensif au 16è siècle. La partie romane du mur présente une différence d'appareil : le mur lui-même est construit en petit appareil de grès, il appartient à l'église consacrée en 982. Les contreforts et la corniche sont élevés en appareil plus grand.
L'étage supérieur de la nef est décoré de bandes lombardes caractéristiques du premier art roman méridionnal.                                                       –›
Si vous cliquez sur les photos qui ont une bordure bleu clair, vous pourrez les admirer en grand format
‹– La croisée du transept est surmontée d'un lanternon hexagonal.
Le chevet, difficilement visible. Les deux hautes fenêtres ne sont pas romanes.                   –›
L'intérieur
La nef ouvre sur les bas-côtés par trois hautes arcades reposant sur des piliers cruciformes. Elle est voûtée en berceau plein cintre sur doubleaux. Elle est éclairée par de petites baies plein cintre ouvertes dans la voûte (uniquement au sud comme de coutume).                          –›
Si vous cliquez sur les photos qui ont une bordure bleu clair, vous pourrez les admirer en grand format
‹– La nef, large de 6,50 m, se compose de trois travées et de bas-côtés.
‹– Le mur diaphragme surmontant l'arc séparant le nef du transept est orné de sept arcs aveugles.
Les bas-côtés. Voûtés d'arêtes, la partie appliquée contre le mur est décomposée en deux petits voûtains : le constructeur ayant dû utiliser le mur du 10è siècle pensait que le voûtain collé contre lui aurait tendante à glisser. –›
‹– Le transept. Il est très long : 25 mètres. Les quatre arcs retombent sur des piliers à ressauts. La croisée est couverte d'une coupole ovale sur trompes.
Le croisillon sud : la première travée est couverte d'un berceau transversal alors que la deuxième l'est d'une petite coupole octogonale sur trompes.   –›
‹– Les deux travées du croisillon nord sont voûtées en berceau.
Le choeur comprend une travée droite, une abside semi-circulaire et deux absidioles.                  –›
‹– Les absidioles comprennent une travée droite voûtée d'arêtes, l'absidiole elle-même
l'étant en cul-de-four.
Les autels romans
Si vous cliquez sur les photos qui ont une bordure bleu clair, vous pourrez les admirer en grand format
Il s'agit de deux autels en marbre blanc veiné de gris d'origine antique, consacrés en 1053.
Le petit autel. Creusé en évier au centre, il est décoré de lobes semi-circulaires encadrés d'une bordure à deux rangs d'oves.                          –›
ci-dessous :
L'abside, voûtée en cul-de-four.
Les deux grandes fenêtres ont été percées au 17 è siècle.
Détail de la décoration du petit autel.           –›
Le maître-autel (2,10 m X 1,22 m).               –›
‹– Détails de sa décoration

         Pour revenir à  :  Languedoc roman

Pour revenir à la page d'accueil :     Art-Roman.net

Quarante se trouve dans le département de l'Hérault, à 20 km au nord de Narbonne.