La Sauve-Majeure fut fondée par Saint Gérard qui vint s'y installer en 1079 avec sept moines bénédictins. Le bourg de La Sauve était une étape obligée sur la route de Saint-Jacques-de-Compostelle.
L'abbaye fut consacrée le 24 août 1231.
Sa décadence commença dès le 14è siècle et l'église s'écroûla après la révolution.
Les restes de la façade
La nef comptait cinq travées avec collatéraux et une élévation de deux étages. Elle était voûtée d'ogives qui comptaient parmi les plus anciennes de la Guyenne.
Si vous cliquez sur les photos qui ont une bordure bleu clair, vous pourrez les admirer en grand format
Départ d'un doubleau et des ogives (nef)  –›
Vestiges d'un pilier de la nef
Une travée des bas-côtés : la cinquième travée sud.
‹– Le croisillon nord du transept
La quatrième travée sud supporte la souche du clocher (qui n'est pas roman).
Le croisillon nord : entrée des absidioles          –›
‹– Le pilier sud-ouest de la croisée du transept.
Le choeur à absides parallèles (plan bénédictin)
                                     –›

Pour poursuivre la visite :   La Sauve-Majeure 2

Pour revenir à la page d'accueil :     Art-Roman.net